Isthmia le mag

18 mars 2017

Les 19 20 et 21 mars – Printemps du Cinéma 2017

Classé sous AGENDA CULTUREL — isthmialemag @ 16 h 31 min

 

Le printemps du Cinema 2017

 

 

 

Les dates

C’est le moment d’y aller.

3 jours exceptionnels, dimanche 19, lundi 20 et mardi 21 mars 2017,

Le Printemps du Cinéma 2017, c’est 4€ la séance du 19 au 21 mars,

dans toute la France, pour tous les films et à toutes les séances !

Evénement populaire plébiscité par les Français, Le Printemps du Cinéma, organisé par la Fédération Nationale des Cinémas Français (FNCF) qui regroupe les 5700 salles de cinéma en France, a enregistré 2,5 millions d’entrées en 2016.

Coup de foudre cinématographique

Coup de foudre

« Il y a des jours où on voudrait toujours rester au cinéma» 

Chaque année, les spectateurs ont droit à un petit film de présentation spécialement réalisé pour l’évènement, saupoudré de références cinématographiques.

Pour sa 18ème édition, c’est le jeune comédien-réalisateur Félix Moati, qui signe ici sa troisième réalisation, qui est aux commandes de la bande-annonce mettant en scène Guillaume Gouix et Anaïs Demoustier, sa partenaire d’A trois on y va.

Le décor : un cinéma.

L’histoire : un jeune homme se projette dans un film pour séduire une demoiselle.

Une idée tout droit venue de son affection pour La Rose pourpre du Caire de Woody Allen. Un hommage au réalisateur à lunettes non dissimulé puisque les quelques notes qui accompagnent la scène sont soufflées par Sidney Bechet sur la mélodie Si tu vois ma mère, morceau qui accompagnait la bande originale de Minuit à Paris.

Une question ?

Préférez-vous aller au cinéma ou regarder un film à la maison, pourquoi ?

Y répondrez-vous ? Voici ma réponse.

Voici pourquoi j’aime le cinéma

Au cinéma on en a « Plein les yeux »  Pub 2016

Mon petit-fils et moi (c’est tout comme!) le 29 mai 2016 – mon anniversaire… Ca ne s’invente pas!

C’est tout moi… la preuve :)

29 mai 2016 au cinema

Image de prévisualisation YouTube

Pourquoi j’aime le cinéma?

* Pour la magie des différents thèmes abordés, les histoires racontées et les voyages que cela fait vivre.

La raison principale est probablement qu’il s’agit du seul art qui arrive à me couper du monde pendant le temps d’un film. Il me fait rêver, pleurer, sourire, rire. Rien d’autre n’a cet impact sur moi. Quelque chose d’irraisonné, parce que la raison n’a rien à voir là-dedans. Un coup de cafard ? Vite, un petit tour au cinéma. Cela vient sans doute de mon enfance.

C’est l’effet que me fait le cinéma depuis un grand paquet d’années maintenant. Depuis presque toujours d’ailleurs.

A l’époque la Télé n’existait pas et mon père nous emmenait au cinéma parfois tous les jours de la semaine. Un jour même, alors que nous étions couchés, il lisait son journal et : « Tiens nous n’avons pas vu ce film. Allons-y » Ma mère, moins enthousiaste que moi se lève cependant. Vite, nous nous rhabillons. Et nous voici bientôt dans la salle obscure. Je me dis que je pourrais passer ma vie à aller voir des films et cela suffirait à me satisfaire. D’autres où je me dis que j’aurais dû sans doute en faire ma profession.

J’ai répertorié une partie des passionnés qui  listent toutes les raisons pour lesquelles ils aiment le cinéma. Je rencontre aux avant-premières des habitués devenus depuis presque des amis. Certains y vont encore tous les jours. Et évidemment, en lisant cela, je me dis que c’est sans doute une  des meilleures idées que le monde ait jamais porté.

Pourquoi j’aime le cinéma ?

*En primaire en sortant de l’école, mon goûter à la main, je me précipitais dans la salle située en face de chez  moi. L’ouvreur, mon voisin de palier m’installait confortablement dans un fauteuil au fond de la salle. Et là, j’oubliais l’école. Les devoirs attendraient.

Hollywood était le symbole de cet art et je rêvais d’y aller un jour. C’est fait.

*Les premiers films qui m’ont interpellé dans mon enfance sont les films en noir et blanc. Ceux de Laurel et Hardy, Buster Keaton où encore Charlie Chaplin. Mais ce n’étaient pas mes préférés.

* Le cinéma. Un logo. Une histoire. Mon histoire.

Pleins feux sur la Paramount et sa légendaire montagne.

Le logo de la Paramount
Album : Le logo de la Paramount

9 images
Voir l'album

Pour mon premier film en cinémascope, « La Tunique », l’écran m’a tellement subjuguée que j’ai murmuré à mon père, en voyant la montagne de la Paramount se dresser devant moi : « C’est grandeur nature ? » Parce qu’au cinéma tout est possible. J’avais 11ans.

* La  Tunique (titre original : The Robe) est un péplum américain avec Victor Mature, Jean Simmons, Richard Burton et Jay Robinson, réalisé par Henry Koster, et sorti en 1953. Il est
surtout connu pour être le premier film exploité en Cinémascope de l’histoire du cinéma.

*Le Cinémascope est un procédé de prise de vues et de projection qui consiste à anamorphoser (comprimer) l’image à la prise de vue, pour la désanamorphoser (l’étirer) à la projection. afin qu’elle ne soit plus déformée et retrouve son format panoramique.

Je passais le plus clair de mon temps dans les salles obscures et je continue.

J’allais voir toute sorte de films: Policier western, film historique, dramatique, comique. Et, une fois même, … par simple curiosité…- ne rigolez pas! Vous aussi vous l’avez fait j’en suis sûr- je suis allé avec mon époux voir un film pornographique au temps où ces films-là étaient réservés aux adultes,  mais nous en sommes ressortis énormément déçu : comique, idiot et sans aucun émoi. Cela a évolué depuis. Mais pas forcément en bien.

Pourquoi j’aime le cinéma ?

* Parce que c’est le seul endroit où je peux croiser un monde fabuleux : stars, monstres, fantômes, grands navires en feu surgissant de nulle part, etc.

* Parce que j’ai vu tant de choses que nous, humains, ne pouvons pas croire

* Parce qu’à 88 miles à l’heure, la De Lorean retourne vers le futur. Ou vers le passé.

Sur terre ou dans les airs. Avec du plutonium, ou un éclair. « Retour vers le futur »

* Parce que j’attends toujours que tout finisse toujours bien dans la vie. On ne se refait pas.

Le dernier du genre « La La land », entraînant, lumineux et coloré, m’a fait rêver. Mais la fin n’a pas été à la hauteur. Le monde ne sait plus rêver.

* Parce que tous ces moments se perdront dans l’oubli, comme les larmes dans la pluie.

* Parce qu’un amour impossible nous fait pleurer. C’est beau, c’est triste !

* Parce que quand tout finit bien on retrouve l’espoir.

* Parce qu’aller voir le nouveau Disney de Noël au Grand Rex tous les ans avec la Féérie des Eaux quand on est haut comme trois pommes, ça met des rêves plein la tête.

* Parce que quand la musique de la 20th Century Fox retentit, je bats la mesure avec mon pied, comme si j’étais seule dans la salle.

* Parce que j’ai attendu et j’attends encore et encore avec mes parents, puis mes enfants, puis mes élèves, puis mes petits-enfants, le dernier Disney de Noël. Parce qu’aller voir le nouveau Disney de Noël tous les ans quand on est haut comme trois pommes, ça met des rêves plein la tête.

En 1950 (9 ans) A la sortie du film Cendrillon, mon père m’avait acheté le magnifique et précieux livre animé, l’un des premiers du genre.

À la question « pourquoi j’aime le cinéma », je répondrai

« Comment ne pas aimer ?»

C’est pour moi la source principale de divertissement. De plus, je n’ai pas de préférence pour un genre en particulier, ce qui me fait tout un éventail de choix de films à voir à chaque fois que j’ai du temps libre.

Et maintenant, j’en ai beaucoup.

Pourquoi j’aime le cinéma?

C’est le divertissement le moins cher actuellement. Avec 22€ par mois, je vais au cinéma à volonté et je ne m’en prive pas.

Et maintenant pour ceux que cela intéresse et qui ne sont pas fatigué par mon article…

Un peu d’histoire

 

* 1895, Le premier film « Sortie de l’Usine Lumière à Lyon »

A condition de considérer que l’histoire du cinéma commence avec l’invention du cinématographe par les frères Louis et Auguste Lumière, ceci est le tout premier film. 45 secondes seulement.

Le film sera par la suite projeté à un public privé en mars 1985, et la rue lyonnaise dans laquelle il a été tourné rebaptisée « Rue du premier film ».

* 1901, Si l’on occulte la colorisation manuelle, c’est en 1901 qu’apparait le tout premier film en couleur.

Réalisé par le photographe Edward Turner, ce très court métrage montrant des enfants en train de jouer et un défilé militaire a récemment été retrouvé au Musée National des Médias de Bradford en Angleterre.

Grâce à un filtre rotatif rouge et vert, l’inventeur avait réussi à transformer son image finale, et ainsi à obtenir un film en couleur, pour la toute première fois de l’histoire du cinéma.

* 1911, Le kinemacolor, puis 1915, le technicolor en

Certes, le cinéma n’a véritablement pris des couleurs qu’en 1922, avec le long métrage « The Toll of the Sea ».

Mais il ne faut pas oublier Georges Méliès, dès la fin du 19ème siècle, et ses courts métrages colorisés à la main par les employés de ses studios.

* 1900 Les premiers effets spéciaux, début 1900.

Méliès

* 1917 Le premier long métrage d’animation « El Apostol »

* 1914 Le logo de la Paramount s’anime

Lorsque la version animée du logo de la Paramount arriva, certains se demandèrent si la montagne n’était finalement pas le mont Artesonraju, qui culmine à 6025m dans la Cordillère des Andes au Pérou. Il faut dire que, lorsque l’on regarde une photo du mont en question, c’est quand même troublant. Evidemment, il n’était / est pas dans l’intérêt de Paramount de claironner un peu partout que cette version du logo fut inspirée par cette montagne au Pérou. Ca casserait le mythe…. Snowing on Paramount!

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

* 1938 Le premier long métrage animé de l’histoire du cinéma ? « Blanche-Neige et les sept nains » des studios Disney, bien sûr le 4 mai 1938.

Et bien non ! En savoir plus ici

* 1927, Le premier long métrage parlant « Le Chanteur de Jazz »

Quelques années plus tard…

« Chantons sous la pluie »

* 1976 La première séquence en images de synthèse au cinéma « Les Rescapés du futur »

« Tron » bande annonce

* 1995 Le premier film d’animation entièrement en images de synthèse : « Toy Story »

* 1999, La première séquence en motion-capture « La Momie »

Aujourd’hui fréquemment utilisée et préférée aux traditionnels maquillages, la motion capture (qui consiste à capturer les mouvements d’un comédien avant de transformer l’apparence de ce dernier numériquement) apparaît pour la toute première fois dans La Momie, et permet de créer le visage décomposé d’Imhotep, campé par Arnold Vosloo.

Il ne s’agit cependant que d’un début, et la motion capture devra encore attendre plusieurs années avant de devenir l’incroyable outil qu’elle est aujourd’hui. C’est à travers des personnages tels que Jar Jar Binks dans « Star Wars : Episode I – La Menace Fantôme », Gollum dans « Le Seigneur des anneaux » ou encore César dans « La Planète des Singes », qu’elle accède finalement à la maturité.

* En 2004, avec Le Pôle Express de Robert Zemeckis, apparait la « performance capture« , qui permet quant à elle de capter non seulement les mouvements des comédiens mais aussi les expressions de leur visage, et donc leur jeu d’acteur.

* 2017 Et ce n’est pas fini!  Voici  EclairColor, le technicolor du XXIe siècle ?

C’est le nouveau format qui va révolutionner les salles de cinéma. Ce procédé permet d’obtenir des images d’un meilleur contraste et d’une plus grande fidélité au niveau des
couleurs . Il offre aux établissements cinématographiques la possibilité d’accroître de façon significative la qualité de projection en salle, en complément de l’amélioration de la résolution ou du high frame rate – HFR. Depuis l’arrivée du numérique dans les salles de cinéma, la qualité de l’image n’a pas énormément évolué, contrairement à la télévision. Ca peut paraître un peu paradoxal mais si vous êtes bien équipé chez vous avec les télés dernier cri et un bon DVD Blu-Ray, vous avez une image de meilleure qualité à la maison.

« La télévision était en train de dépasser le cinéma, du point de vue de la qualité de l’image, explique Thierry Beaumel, directeur de fabrication postproduction image chez Eclair. Il fallait agir et nous avons donc mis au point EclairColor. »
L’innovation d’Ymagis s’appelle EclairColor et ses concepteurs veulent qu’elle devienne la norme dans les salles de cinéma.  C’est une nouvelle façon de traiter les images après le tournage et une nouvelle façon de les projeter. Au moment de la post-production, donc après le tournage, les images vont être travaillées via plusieurs logiciels afin d’obtenir un rendu des couleurs proches de ce que l’œil voit.

Une petite idée du procédé eclaircolor

EclairColor, la technologie qui sublime La La Land

Quatre salles françaises projettent actuellement le film « LaLa Land» de Damien Chazelle dans un format EclairColor, garantissant une expérience visuelle inédite. SND

La société française Ymagis  a développé ces dernières années cette technologie pour les salles obscures que le monde entier commence à nous envier, même Hollywood.

Album

Histoire du Cinema
Album : Histoire du Cinema

21 images
Voir l'album

 

Alors Dimanche… TOUS AU CINEMA!

camera

Liens « Printemps du Cinéma »

Le site officiel : http://printempsducinema.com/
Facebook : https://www.facebook.com/leprintempsducinema
Twitter : https://twitter.com/printempsducine
YouTube : https://www.youtube.com/channel/UCNz-iKooqF6ARCEufU4qY8A
Instagram : https://www.instagram.com/printempsducine/

 

Mots-clés : , , ,

Laisser un commentaire

Le Journal du Grand Changement |
Le Monde Ferroviaire |
Laclassedepikou |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Chroniques de Naima
| Armentières Actualités
| Vertus des pierres