Isthmia le mag

6 juin 2019

La faune terrestre autour de nous

Classé sous Isthmia le mag,NATURE — isthmialemag @ 17 h 26 min

Faune terrestre dans le var

Voici un document intéressant pour nous, les habitants d’Isthmia, que je vous engage à lire.

Amusez-vous à les rechercher avec vos enfants.

« La faune est discrète sur les rivages ; elle fuit la chaleur estivale pendant la journée.

Les animaux dits « à sang froid « , sont les plus courants comme les arthropodes (insectes, crustacés), les reptiles ;

mais on observe également des oiseaux marins.


• La Cigale – insecte

LA CIGALE
On trouve plusieurs espèces différentes, mais toutes grandissent de la même façon. La larve de la cigale vit plusieurs années sous terre. La nymphe sort en creusant un trou, cherche une brindille à laquelle s’agripper pour se métamorphoser en insecte adulte. Une cigale « toute neuve » sort de l’ancienne enveloppe (l’exuvie) ; elle est vert pâle et vulnérable. Elle attend sans bouger les premiers rayons de soleil de l’été qui durcissent sa cuticule toute molle, pour pouvoir prendre son premier envol.

Seul le mâle sera capable de chanter grâce à ses  » cymbales  » situées sous son abdomen.

• La Thécla – insecte (Satyrium sp.)
Il existe deux espèces très similaires dans notre région :

la Thécla du Kermès (et celle de l’Yeuse).

INSECTE VAR Thécla du Kermès

On les discerne grâce à leurs tâches rouges qui diffèrent par leur nombre.

• Le Criquet à ailes bleues ou Oedipode bleu – insecte
(Oedipoda Coerulescens)

INSECTE Oedipoda_caerulescens


Lorsqu’il est dérangé par un prédateur, il s’envole ; la couleur bleu vif de ses ailes devient alors visible et fixe l’attention du poursuivant. Par contre, quand il se pose, les couleurs du criquet se fondent dans son environnement ; il se « camoufle » par homochromie. Le prédateur est désorienté, car il ne voit plus de couleur vive. Il a des cousins aux ailes rouges qui utilisent le même principe.

• La Piéride – insecte (Pieris sp.)

INSECTE PIERIDE

Elle fait partie d’une famille de papillons aux ailes blanc jaune avec souvent une ou plusieurs tâches noires sur les ailes antérieures. C’est un genre très commun en Europe. Plusieurs générations se succèdent du printemps à l’automne.


• Le Citron de Provence – insecte (Gonepterix cleopatra)
 

INSECTE CITRON DE PROVENCE

Le mâle est jaune citron avec une tâche orangée sur les ailes antérieures. La femelle est plus pâle, tirant vers le blanc verdâtre, chaque aile présentant un point orangé en son milieu. Sa chenille se trouve dans les arbustes de Nerpruns alaternes. Ce papillon a une durée de vie assez longue (quelques semaines). L’adulte s’observe surtout au printemps et à l’automne. 


• Le Scarabée des dunes – insecte (Scarabaeus semipunctatus)

INSECTE SCARABEE On le trouve sur les rivages sablonneux. Il confectionne des boules d’excréments avant de les enfouir dans le sol ; il y pondra ses œufs. Ainsi il fertilise et aère le sol. 

• La Scolie hirsute – insecte (Scolia hirta)

INSECTE Scolia hirta Cet hyménoptère pond ses œufs dans les larves des cétoines (des gros coléoptères) ou des scarabées. La larve de la Scolie grandira aux dépens de cette proie vivante. Malgré ses allures de grosse guêpe, elle n’est pas dangereuse pour l’homme. 

• La Coccinelle à 7 points – insecte (Coccinella 7-punctata)

La bête à bon-Dieu, petit coléoptère est un prédateur de pucerons. Vous pouvez en faire l’élevage en vous procurant des larves dans des jardineries ou des coopératives agricoles.

INSECTE LA COCCCINELLE A 7 POINTS

• L’Ephippigère ou Porte selle – insecte (Ephippiger ephippiger)

INSECTE Ephippiger ephippiger
Grande sauterelle ayant des ailes vestigiales à coloration variable. La femelle dépose ses œufs dans la terre au moment de la ponte grâce à un organe en forme de sabre, l’oviscapte, situé au bout de son abdomen.


• La Zygène – insecte (Zygaena sp.)

INSECTE Zygaena sp
Les couleurs vives des Zygènes avertissent les prédateurs qu’elles ne sont pas bonnes à manger ; en effet, elles peuvent secréter une substance qui les rend non comestibles en cas d’alerte. Elles sont attirées par les fleurs violettes. 

• L’Écureuil roux – mammifère (Sciurus vulgaris)

FAUNE ECUREUIL Sciurus vulgaris

Dans notre région, ce petit mammifère est surtout inféodé aux pinèdes de pins d’Alep dont il grignote les cônes (les pommes de pin). Il est arboricole et diurne. Son corps peut atteindre 50 cm de long (queue comprise). Il descend volontiers des arbres pour se nourrir. Il nous laisse comme indice de sa présence des trognons de pommes de pin grignotées sous les arbres. 

On le rencontre souvent à Isthmia


• Le lézard des murailles – reptile (Podarcis muralis)

FAUNE LEZARD DES MURAILLES
Ce petit saurien d’une quinzaine de centimètres aime chasser les petits invertébrés. Il apprécie les endroits secs et chauds. Il peut être parfois en compétition avec la tarente. 


• La Tarente – reptile (Tarentola mauritanica)

FAUNE La Tarente - reptile

On aperçoit ce gecko (lézard à doigts pourvus de ventouses), d’allure robuste, plutôt actif la nuit, sur les murs, à l’affût de petits invertébrés. Il a des pattes adhésives et une pupille verticale.

Pour les Provençaux, la tarente porte bonheur à une maison. 

La Mouette rieuse – oiseau (Larus ridibundus) 

FAUNE La Mouette rieuse - oiseau (Larus ridibundus)
Elle est commune sur notre littoral et peut, elle aussi, fréquenter les décharges. On peut la différencier du goéland surtout par sa plus petite taille. A la période où se constitue son plumage nuptial, il est facile de la reconnaître car sa tête se colore de brun ou de noir. 

LA NATURE AU PARC

Le gabian (goeland)

Il investit la piscine tous les soir à partir de 17h. 

FAUNE OISEAU GABIAN

 

grenouillestétards

poissons rougespoissons en rond

ecureuil aux aguets ecureuil

heron1 haut perché

herisson gourmand

FAUNE LEZARD DES MURAILLES FAUNE La Tarente - reptilecigale

Mots-clés : , ,

31 mai 2019

Les gabians

Classé sous Isthmia le mag,NATURE — isthmialemag @ 13 h 28 min

Les gabians investissent la piscine

Depuis cette année, les gabians ont envahi la piscine.

Chaque soir vers 17h ils sont là. Juste une petite idée.

Image de prévisualisation YouTube

 

Spectacle charmant, certes, mais le goéland dérange.

On lui reproche d’être un peu trop porté sur la nourriture, ce qui le rend agressif et voleur, d’attaquer les personnes qui lui déplaisent, de “gueuler” à longueur d’année, de décimer les mouettes… Bref, d’être un sale animal dont il est impératif de contenir l’extension.

gabian gueulard

Certes, il n’est pas du genre discret, il se voit et s’entend.

Cependant notre leucophée ne crie pas toute l’année mais “seulement” en période d’amours, d’accouplement et d’éclosion. Il crie aussi quand il défend ses “jeunes” qui se promènent. Il crie encore pour encourager ceux qui, apprenant à voler, se jettent dans le vide. Trois mois de vacarme de mars à juin.

Et s’il est très bruyant, il n’y a apparemment qu’en Méditerranée que l’on s’en plaint : en Normandie et en Bretagne, la densité de goélands (argentés, pas leucophées) est largement supérieure, et personne ne songe à les éradiquer.

Le bord de mer n’est pas une carte postale !

Côté agressivité, « le gabian n’attaque pas, il intimide », selon le naturaliste Yves Corroy.

Mais deux ou trois goélands vociférant à 20 cm de notre crâne peuvent faire craindre le pire.

Autre chef d’inculpation : la gloutonnerie.

Mais en réalité il mange seulement 10 % de son poids par jour, soit environ 100 g de nourriture.

Il est paresseux, et très opportuniste, et nous rend d’infinis services car il “déjeune” sur place.

Il engloutit tout : poissons et oiseaux morts, restes de sandwiches, etc.

Sans lui, nos plages seraient impraticables. Il mange à peu près tout ce que les pêcheurs rejettent à la mer car à la différence du cormoran ou de la mouette, le gabian ne pêche pas, il récupère.

Et enfin, le gabian pollue en laissant ses excréments partout.

Donc n’encouragez pas les gabians. Ne leur donnez jamais à manger et ne laissez rien traîner qui se mange, pas la moindre miette.

 

En savoir plus

Le gabian ou goéland leucophée – oiseau lariforme (Larus cachinnans)
Le gabian, en provençal,  est une espèce de mouette de grande taille : 1,20 m d’envergure, mais il ne pèse pas plus d’un kilo

Cet oiseau, rare il y a cinquante ans, est devenu très commun, car il s’est adapté, grâce à son régime omnivore, aux opportunités de son lieu de vie.

Gabians, goélands, mouettes, sternes ou gris. Ce sont tous les noms de cette espèce.

Les Mouettes et les Goélands sont des oiseaux, qui formaient le genre Larus de Linné. Ils constituent maintenant, sous le nom de Lariens ou Larinés (Larinae), la principale tribu de la famille des Laridés, qui comprend aussi les Stercoraires et les Sternes ou Hirondelles de mer.

On les confond toujours. Mettons un peu d’ordre.

Pour vous y retrouver allez sur ce site très documenté.

OISEAUX DU GOLFE DU MORBIHAN

Les sternes sont des oiseaux appartenant à la famille des Laridae et répartis dans plusieurs genres : Gelochelidon, Hydroprogne, Thalasseus, Sterna, Sternula et Onychoprion.

Les sternes sont également communément appelées hirondelles de mer ou mauves1.

Quelle est la différence entre la mouette et le goéland ?

mouette et goéland

Le bec. Si l’oiseau est prêt de vous, vous n’aurez aucun mal à distinguer le gros bec jaune du goéland avec une petite tâche rougeâtre sur le dessous. Ses pattes sont jaunes.

La mouette, elle, affiche un bec rouge et plus petit

Le gabian peut ainsi capturer des poissons malades en bord de mer, manger les poissons que rejettent les pêcheurs, voler les œufs d’autres oiseaux, ou s’installer à proximité de nos dépôts de déchets.

Les jours de vent, il semble jouer dans les courants d’air.

Espèce protégée certes, mais il fait partie des espèces qui doivent être régulées.

Du coup, depuis 2009, à Sète, où l’on recense 800 goélands, la Ville emploie une “méthode douce” pour en maîtrise la population, voire la neutraliser définitivement

Une équipe, assistée par un membre de la Ligue de protection des oiseaux,  va de nid en nid, pulvérisant du formol sur les œufs, puis un produit qui permet d’étouffer les poussins dans l’œuf en empêchant l’oxygène d’y pénétrer. La stérilisation permet donc autant de réguler l’espèce que de calmer ceux qui s’en plaignent.

Mouette_rieuse a Lyon

 

Un joli poème de Jean Richepin appris à la maternelle et à lire à vos enfants

Mouettes, gris et goélands
Mêlent leurs cris et leurs élans.

Leur vol fou qui passe et repasse
Tend comme un filet dans l’espace.

Mouettes, goélands et gris
Mêlent leurs élans et leurs cris.

Parmi les mailles embrouillées
Grincent des navettes rouillées.

Mouettes, gris et goélands
Mêlent leurs cris et leurs élans.

Ces navettes à l’acier mince,
C’est leur voix aiguë et qui grince.

Mouettes, goélands et gris
Mêlent leurs élans et leurs cris.

On voit luire en l’air dans les mailles
Des ors, des nacres, des écailles.

Mouettes, gris et goélands
Mêlent leurs cris et leurs élans.

C’est un poisson que l’un attrape
Et qu’au passage un autre happe.

Mouettes, goélands et gris
Mêlent leurs élans et leurs cris.

Holà ! ho ! Du cœur à l’ouvrage !
La mer grossit. Proche est l’orage.

Mouettes, gris et goélands
Doublent leurs cris et leurs élans.

Mais soudain, clamant la tempête,
Le pétrel noir au loin trompette.

Mouettes, goélands et gris
Brisent leurs élans et leurs cris.

Vite, vers leurs grottes fidèles
Ils retournent à tire d’ailes.

Mouettes, gris et goélands
Rentrent leurs cris et leurs élans.

Lui, sa clameur stridente augmente.
Quand vient ce roi de la tourmente,

Mouettes, goélands et gris
N’ont plus d’élans, n’ont plus de cris.

A Lire

LECTURE BD le gabian le soleil et l'amer

 

Le gabian le soleil et l’amer

 

 

 

 

Mots-clés : , , , , ,

10 décembre 2018

Protégé : ISTHMIA Les saisons au Parc

Classé sous NATURE,PARC ISTHMIA,PHOTOS,SAISONS — isthmialemag @ 13 h 33 min

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Mots-clés : , , , , , ,

Le Journal du Grand Changement |
Le Monde Ferroviaire |
Laclassedepikou |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Chroniques de Naima
| Armentières Actualités
| Vertus des pierres