Isthmia le mag

15 août 2020

Spoutnik V, le VACCIN CONTRE LA COVID-19 développé par la Russie

Classé sous ACTUALITE,CORONAVIRUS,Covid-19,SANTE,VACCIN — isthmialemag @ 16 h 46 min

Le 11 août, la Russie est devenue le premier pays à déclarer un vaccin contre le Covid-19. Le ministère russe de la Santé l’a enregistré sous le nom de Spoutnik V.

Vaccin russe contre le Covid-19 : l'OMS invite à la prudence

Coronavirus: pourquoi on a du mal à prendre au sérieux le vaccin ...

Pourquoi a-t-on du mal à le prendre au sérieux?

 

Article de  Actualités Politique, Monde, Economie et Culture - L'Express

Covid-19 : cinq questions sur « Spoutnik V », le vaccin développé par la Russie

mis à jour le 11/08/2020 à 14:17

La Russie a développé le « premier » vaccin contre le coronavirus, a affirmé ce mardi Vladimir Poutine, malgré la préoccupation de la communauté scientifique.

 

C’est une véritable course au vaccin contre le Covid-19 qui s’est lancée depuis plusieurs mois à travers la planète. Et le vainqueur est peut-être déjà connu. Actuellement, 26 candidats vaccins sont au stade des essais cliniques, c’est-à-dire testés chez l’être humain, et 139 au stade de l’évaluation pré-clinique, selon des données de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Mais un État semble à la pointe dans cette course folle : la Russie.

Ce mardi, le président Vladimir Poutine a en tout cas affirmé que le pays avait développé le « premier » vaccin contre le coronavirus, et a assuré qu’il donnait une « immunité durable ». Une annonce dans la continuité de celle au début du mois, quand Moscou avait affirmé que trois entreprises biomédicales seraient en mesure de produire dès septembre et de manière industrielle un vaccin développé par le laboratoire de recherches en épidémiologie et microbiologie Nikolaï Gamaleïa.

Que sait-on de ce vaccin ?

« Ce matin, pour la première fois au monde, un vaccin contre le nouveau coronavirus a été enregistré », a annoncé ce mardi Vladimir Poutine lors d’une vidéo-conférence. Son nom : « Spoutnik V » [V comme vaccin], en référence au satellite soviétique, premier engin spatial mis en orbite, a déclaré le président du fonds souverain, Kirill Dmitriev.

Ce vaccin est à vecteur viral, c’est-à-dire qu’il utilise comme support un autre virus qui a été transformé et adapté pour combattre le Covid-19.

Le président russe a ajouté :

« je sais qu’il est assez efficace, qu’il donne une immunité durable« .

Il a précisé qu’une de ses filles s’était fait inoculer le vaccin. « Elle a participé à l’expérience« , a-t-il indiqué, selon les agences russes, affirmant qu’elle avait eu un peu de température après les deux inoculations, « et c’est tout ».

Le ministère de la Santé a affirmé que la double inoculation « permettait de former une immunité longue », estimant qu’elle pouvait durer « deux ans ».  

À peine annoncé, ce vaccin devient déjà un objet de convoitises.

« Plus d’un milliard de doses » ont été pré-commandées par 20 pays étrangers, a affirmé Kirill Dmitriev. Il a précisé que la phase 3 des essais commençait mercredi. Le fonds souverain a précisé que le début de la production industrielle était prévue en septembre. 

D’autres précisions ont été apportées sur le calendrier : ce vaccin sera mis en circulation le 1er janvier 2021, selon le registre national des médicaments du ministère de la Santé, consulté par les agences de presse russes. La vice-Premier ministre en charge des questions de Santé, Tatiana Golikova a dit espérer commencer dans les semaines à venir la vaccination des personnels médicaux. Les enseignants devraient également être parmi les premiers vaccinés.  

Qu’avait promis la Russie ?

La Russie avait assuré le 3 août qu’elle serait en mesure de produire par mois des centaines de milliers de doses de vaccins contre le coronavirus. Le vaccin mis au point par le centre Gamaleïa est en collaboration avec le ministère de la Défense.

« Selon les premières estimations (…) nous pourrons fournir dès cette année plusieurs centaines de milliers de doses de vaccin par mois, puis par la suite jusqu’à plusieurs millions en début d’année prochaine« , avait précisé à l’agence publique TASS le ministre russe du Commerce, Denis Mantourov.  

Le chef du Fonds russe des investissements directs, impliqué dans le développement, avait indiqué, à ce moment, que l’homologation officielle du vaccin serait faite « d’ici dix jours ». Un calendrier qui est donc respecté, avec l’annonce du « premier » vaccin ce mardi. « Nous serons devant non seulement les Etats-Unis, mais aussi d’autres pays. Il s’agira du premier vaccin contre le coronavirus homologué », avait indiqué Kirill Dmitriev à la télévision. Le ministère de la Défense s’était également vanté d’essais cliniques sur des militaires ayant « clairement montré une réponse immunitaire apparente (…) sans effets secondaires ou anomalies ».

Comment les recherches ont-elles été menées ?

La Russie, au quatrième rang mondial pour le nombre des contaminations après les Etats-Unis, le Brésil et l’Inde, avait proclamé dès avril sa volonté d’être parmi les premiers pays, voire le tout premier, à créer un vaccin contre le virus. Quitte à se précipiter ?

Des scientifiques du centre Gamaleïa avaient été critiqués en mai pour s’être personnellement injecté leur prototype de vaccin, une méthode en rupture avec les protocoles habituels destinés à accélérer le processus scientifique au maximum.  

Jusqu’ici, la Russie n’a pas publié d’étude détaillée des résultats de ses essais permettant d’établir l’efficacité des produits qu’elle dit avoir développés. Un deuxième prototype de vaccin est conçu au Centre étatique de recherches Vektor, en Sibérie, et dont les premières doses sont attendues au mois d’octobre, selon les autorités. 

Qu’en pensent les scientifiques ? La Russie brûle-t-elle les étapes ?

Avant l’annonce, des chercheurs ont exprimé leur préoccupation face à la rapidité de la mise au point des vaccins russes. Ils estiment que certaines étapes pourraient avoir été sautées afin d’accélérer le travail sous pression des autorités, qui ont comparé cette course au vaccin au lancement par l’URSS en 1957 du premier satellite artificiel, Spoutnik. 

Vitali Zverev, professeur et chef de laboratoire à l’institut de recherches Metchnikov, a estimé qu’il « est impossible de s’assurer de la sécurité d’un vaccin lors d’un laps de temps tel que celui qui nous sépare du début de la pandémie »

Il a ajouté que les entreprises biomédicales russes devant produire le vaccin n’y étaient pas habituées, et encore moins à la technologie avancée devant être utilisée. 

Que dit l’OMS ?

L’Organisation mondiale de la Santé a réagi prudemment à l’annonce de la Russie.

« Nous sommes en étroit contact avec les Russes et les discussions se poursuivent. La pré qualification de tout vaccin passe par des procédés rigoureux« , a pointé Tarik Jasarevic, le porte-parole de l’OMS, lors d’une visio-conférence de presse. 

L’OMS a adressé au début du mois une mise en garde à la Russie, plaidant pour le respect des protocoles et réglementations en vigueur dans le développement d’un vaccin.

« Tout vaccin et tout médicament à cette fin doivent bien sûr être soumis à tous les différents essais et tests avant d’être homologués pour leur déploiement« ,

a souligné un autre porte-parole de l’OMS, Christian Lindmeier

« Il existe des lignes directrices et des directives claires, des réglementations afin de faire avancer les choses de manière sûre et efficace« , a-t-il insisté.

« Parfois, des chercheurs individuels affirment avoir trouvé quelque chose, ce qui est bien sûr, en tant que tel, une excellente nouvelle. Mais entre trouver ou avoir la possibilité d’avoir un vaccin qui fonctionne et avoir franchi toutes les étapes, il y a une grande différence« , a-t-il rapporté, soulignant que l’OMS n’avait pour l’heure « rien vu d’officiel« . 

L’OMS a insisté sur la nécessité de suivre les règles permettant un « développement sûr d’un vaccin (…) afin de s’assurer que nous savons contre quoi le vaccin agit, à qui il peut aider et, bien sûr, également s’il a des effets secondaires négatifs, si les effets secondaires médicaux sont plus importants que le bénéfice réel« . 

L’avis de Donald Trump

«Je n’en sais pas grand-chose. Espérons que cela fonctionnera. Ils ont renoncé à certains essais. Nous croyons que c’est très important de passer par toute la procédure», a indiqué M.Trump lors d’une conférence de presse.

Il a ajouté que les États-Unis étaient, de leur côté «très avancés» dans le développement de leurs propres vaccins, dont trois se trouvaient à la 3e étape des essais cliniques, tout comme le nouveau vaccin russe.

Donald Trump s'exprime sur le vaccin russe Spoutnik V - Sputnik France

Et nous nous espérons que tous les pays s’uniront pour partager leurs découverte afin de mettre au point un vaccin qui serait efficace.

Pourquoi avons-nous du mal à y croire?

Mots-clés : , , , , ,

17 juillet 2020

R0 et coronavirus : régions en alerte, carte, comment est-il calculé ?

Classé sous ACCUEIL,ACTUALITE,CORONAVIRUS,Covid-19,LE VIRUS — isthmialemag @ 17 h 00 min

C’est bien connu maintenant, nous sommes tous devenus « EPIDEMIOLOGISTES »

et le COVID-19 n’a plus de secrets pour nous. 

 GIF SMILEY SOURIRE

Alors pour parfaire votre connaissance, voici les dernières  »INFOS DU JOUR«  

 

CONNAISSEZ-VOUS LE RO ?

C’est le taux de reproduction du nouveau coronavirus (R effectif, R0)

R0 et coronavirus : régions en alerte, carte, comment est-il calculé ?

 Le  RO

Explications! voir Article du 17 juillet 2020

Le RO  augmente en France, et dépasse même les seuils d’alerte dans plusieurs régions dont la Bretagne.

Comment est-il calculé ?

Interpréter ses résultats ?

Quel est-il au niveau national ?

Et dans chaque région ? 

Quelles sont les régions dans le rouge ?

Quels sont les autres indicateurs ?

Définition, calcul et carte.

En France métropolitaine, des signaux de reprise épidémique sont enregistrés dans plusieurs régions.

La situation inquiète particulièrement en Bretagne où le taux de reproduction du virus (R) est supérieur à 2 alors qu’il doit normalement rester inférieur à 1. Qu’est-ce que le R0 ?

Le Taux de reproduction du virus, « RO ou R zéro » : c’est quoi ?

Pouvoir quantifier la capacité de transmission d’un virus lors d’une épidémie est essentiel pour mettre en place au bon moment les mesures pour la stopper (surtout quand il n’y a pas de traitement ou de vaccin comme dans le cas du Covid-19).

Cette capacité appelée « transmissibilité » se mesure par le nombre de reproduction R du virus, aussi appelé « taux de reproduction », c’est-à-dire le nombre moyen de cas secondaires provoqués par une seule personne infectée au cours de sa période contagieuse.

Il faut alors distinguer :

- le nombre de reproduction du virus pendant la crise épidémique : le « R effectif » (celui que donnent les autorités sanitaires françaises depuis le mois de juin)

- du nombre de reproduction initial au début de l’épidémie qu’on appelait « R0″.

 

carte R0 coronavirus france

 

Quel est le R0 par régions ?

Rà en bretagne juillet

 

Courbe d’évolution du R0 en Bretagne jusqu’au 14 juillet © data.gouv.fr

Santé Publique France indique depuis le mois de juin le R0 pour chaque région de France. Ces données sont également disponibles sur le site des données du gouvernement.

 Au 14 juillet, plusieurs régions ont un R0 supérieur à 1 : la Bretagne (le seuil à 2,62 est particulièrement inquiétant), les Hauts-de-France (1,06), l’Ile-de-France (1,15), les Pays-de-la-Loire (1,5), la Bourgogne Franche-Comté (1,21), la Nouvelle-Aquitaine (1,37), Auvergne-Rhône-Alpes (1,29), la Paca (1,55).

L’immunité collective

Des pays comme les Pays-Bas et la Suède ont décidé de ne pas freiner le R0 en confinant la population mais de miser plutôt sur l’immunité collective.

- Si le R0 est supérieur à 1, les contaminations augmentent jusqu’à ce que l’épidémie culmine et finisse par diminuer en raison de l’acquisition d’une immunité collective par la population.

- Elle est atteinte quand 50% à 60% de la population a été infectée et a donc produit des anticorps.

En France, selon l’analyse de chercheurs de l’Institut Pasteur publiée le 21 avril, seuls 6% des Français en moyenne auraient été infectés à cette date. 

* Si l’immunité collective se fait naturellement depuis le déconfinement, elle ne sera pas suffisante pour arrêter la pandémie dans le pays :

« En empêchant la circulation du virus (avec le confinement, ndlr), on a empêché la population de s’immuniser naturellement et de fait dans les zones les plus touchées on a à peu près 10% de la population qui a été infectée alors que dans les moins touchées on descend à moins de 2% »

a prévenu le Pr Arnaud Fontanet lors d’une audition au Sénat le 30 avril. 

Alors vous avez  tout compris?

« On ne peut donc pas compter sur l’immunité collective

donc il faut maintenir un contrôle très fort du virus » 

https://medias.liberation.fr/photo/1292156-le-p-tit-libe-140-coronavirus-eternuement.png?modified_at=1580914631&width=750

C’est à nous maintenant !

 

 

 

R0 et coronavirus : régions en alerte, carte, comment est-il calculé ? dans ACCUEIL

 

 

 

Mots-clés : , , , ,

Les voisins

Classé sous CONFINEMENT,CORONHUMOUR,Covid-19,HUMOUR — isthmialemag @ 9 h 12 min

NOS (PAS) CHERS VOISINS

Par Arnaud Demanche (toujours un régal!)

 Image de prévisualisation YouTube

7 mai 2020

CHIFFRES et statistiques au 7 mai Ile-de-France – Var

Classé sous CHIFFRES,CORONAVIRUS,Covid-19 — isthmialemag @ 11 h 05 min

EVOLUTION

 

Covid-19 en France 

Le 7 mai Le Var est classé vert

Au 7 mai, le département du Var était classé vert par le gouvernement. Cette couleur a été attribuée au regard de trois critères : la circulation active du virus, la tension hospitalière en réanimation et la capacité en tests. La couleur du département déterminera certaines modalités du déconfinement à partir du 11 mai, comme l’ouverture ou non des collèges, des parcs et jardins.

 

Dans ce département, 222 personnes étaient toujours hospitalisées au 7 mai, dont 26 en réanimation, en lien avec le Covid-19.

Ce nombre était à son maximum le 6 avril, avec 62 patients en réanimation. Ramené à la population, le nombre de personnes en réanimation dans ce département est inférieur à la moyenne nationale.

Cette donnée est particulièrement intéressante car elle « reflète la cinétique de l’épidémie et son impact le plus préoccupant », selon Jérôme Salomon, directeur général de la santé.

GRAPHIQUE malades PARIS- VAR

Le nombre total de décès liés au coronavirus dans les hôpitaux de ce département s’élève à 118 depuis le début de l’épidémie, soit 11 décès pour 100 000 habitants.

À titre de comparaison, la moyenne nationale est de 24,5 décès à l’hôpital liés au Covid-19 pour 100 000 habitants.

Dans le même temps, 729 personnes sont retournées à domicile dans le département.

Enfin, le nombre de décès totaux, toutes causes confondues, sur la période du 1er mars au 20 avril 2020 dans le département du Var représente une surmortalité de 11% par rapport à 2019, selon l’Insee. Au niveau national, cette surmortalité est de 27%.

VIDEO TRES INTERESSANTE

INTERVIEW DU PROFESSEUR JEAN- FRANCOIS TOUSSAINT

Ecoutez bien c’est un professeur d épidémiologie qui le dit!!!!

LES CHIFFRES DU 27/04/2020

3764 nouveaux cas confirmés (total: 128339, Monde: 3043016)
295 nouveaux décès (total: 14497, Monde: 211167)
0 nouveaux patients en réanimation (total: 4608)
0 nouvelles hospitalisations (total: 28055)
610 nouveaux patients guéris (total: 45513, Monde: 893967)

les chiffres du 23/04/2020

1653 nouveaux cas confirmés (total: 120804, Monde: 2699337)

311 nouveaux décès (total: 13547, Monde: 188437)

0 nouveaux patients en réanimation (total: 5053)

0 nouvelles hospitalisations (total: 29219)

1431 nouveaux patients guéris (total: 42088, Monde: 737735)

derniers chiffres dans le département Var 

0 nouveaux cas confirmés (total: 186)

4 nouveaux décès (total: 97)

0 nouveaux patients en réanimation (total: 49)

0 nouvelles hospitalisations (total: 325)

16 nouveaux patients guéris (total: 488)

CHIFFRES DU 23 AVRIL 2019

EN FRANCE

France

Quel est le nombre de cas COVID-19 en France ?

Il y a 119 151 cas officiellement décomptés + 544 en 24 heures

Dont 5218 soit 58 % en réanimation

Quel est le nombre de décès COVID-19 en France ?

Il y 21 340 décès officiellement décomptés

90 % des décès chez les plus de 70 ans

58 % ont des antécédents cardio-vasculaires

25 % pour son diabète

21 % autres problèmes de santé

Quel est le nombre de guérisons COVID-19 en France ?

Il y 40 657 guérisons officiellement décomptées

 

  DANS LE MONDE le nombre de cas confirmés s’élève désormais à  de plus en 24 h
Au niveau mondial 2 627 630 cas confirmés + 63 440 cas confirmés
Europe    988 241 cas confirmés + 20 643 cas confirmés 
Espagne reste le pays le plus affecté par le virus en Europe    208 389 cas confirmés21 717 décès +   4 211 cas confirmés+      435 décès en 24 h
Italie    187 327 cas confirmés25 085 décès +   3 370 cas confirmés+      437 décès en 24 h
Allemagne 150 648 cas confirmés5 315 décès +   2 195 en 24 h+      229 décès en 24 h
Royaume-Unireste le pays où la maladie progresse actuellement le plus vite en Europe.  134 638 cas confirmés18 100 décès +    4 454 en 24 h+       763 décès en 24 h
Etats-Unis pays le plus affecté de la planète    842 376 cas confirmés46 583 décès +   17 335 en 24 h+   1 739 décès en 24 h
La Chine        83 876 cas confirmés4 512 décès

21 AVRIL

Covid-19 en France : les derniers chiffres du 21/04/2020

2667 nouveaux cas confirmés (total: 117324, Monde: 2561043)

387 nouveaux décès (total: 12900, Monde: 176984)

0 nouveaux patients en réanimation (total: 5433)

0 nouvelles hospitalisations (total: 30106)

1772 nouveaux patients guéris (total: 39181, Monde: 679819)

Les derniers chiffres du Covid-19 dans le département Var au 21/04/2020

0 nouveaux cas confirmés (total: 186)

3 nouveaux décès (total: 90)

1 nouveaux patients en réanimation (total: 50)

0 nouvelles hospitalisations (total: 307)

12 nouveaux patients guéris (total: 470)

17 AVRIL

Lieux Confirmés Personnes guéries Décès
France
108 847
32 812
17 920
États-Unis
676 676
56 127
34 784
Espagne
185 309
74 797
19 516
Italie
168 941
40 164
22 170
Allemagne
138 217
66 500
4 098
Royaume-Uni
103 093
-
13 729
Chine
82 692
77 944
4 632

 

Provence-Alpes-Côte d’Azur

Confirmés   

3 945

 Personnes guéries  

-

Décès

-

♦CHIFFRES DU 15 AVRIL

Covid-19 en France : les derniers chiffres du 15/04/2020

COVID VAR

2633 nouveaux cas confirmés (total: 106206, Monde: 591971)
514 nouveaux décès (total: 10643, Monde: 27090)
0 nouveaux patients en réanimation (total: 6457)
0 nouvelles hospitalisations (total: 31779)
2190 nouveaux patients guéris (total: 30995, Monde: 94000)

Pour voir le détail dans votre région ou votre département, aller sur le site

 

NDLR Je ne fais que relayer l’information

 

Mots-clés : , ,

Le Journal du Grand Changement |
Le Monde Ferroviaire |
Laclassedepikou |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Les Chroniques de Naima
| Armentières Actualités
| Vertus des pierres