Isthmia le mag

15 août 2020

Spoutnik V, le VACCIN CONTRE LA COVID-19 développé par la Russie

Classé sous ACTUALITE,CORONAVIRUS,Covid-19,SANTE,VACCIN — isthmialemag @ 16 h 46 min

Le 11 août, la Russie est devenue le premier pays à déclarer un vaccin contre le Covid-19. Le ministère russe de la Santé l’a enregistré sous le nom de Spoutnik V.

Vaccin russe contre le Covid-19 : l'OMS invite à la prudence

Coronavirus: pourquoi on a du mal à prendre au sérieux le vaccin ...

Pourquoi a-t-on du mal à le prendre au sérieux?

 

Article de  Actualités Politique, Monde, Economie et Culture - L'Express

Covid-19 : cinq questions sur « Spoutnik V », le vaccin développé par la Russie

mis à jour le 11/08/2020 à 14:17

La Russie a développé le « premier » vaccin contre le coronavirus, a affirmé ce mardi Vladimir Poutine, malgré la préoccupation de la communauté scientifique.

 

C’est une véritable course au vaccin contre le Covid-19 qui s’est lancée depuis plusieurs mois à travers la planète. Et le vainqueur est peut-être déjà connu. Actuellement, 26 candidats vaccins sont au stade des essais cliniques, c’est-à-dire testés chez l’être humain, et 139 au stade de l’évaluation pré-clinique, selon des données de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Mais un État semble à la pointe dans cette course folle : la Russie.

Ce mardi, le président Vladimir Poutine a en tout cas affirmé que le pays avait développé le « premier » vaccin contre le coronavirus, et a assuré qu’il donnait une « immunité durable ». Une annonce dans la continuité de celle au début du mois, quand Moscou avait affirmé que trois entreprises biomédicales seraient en mesure de produire dès septembre et de manière industrielle un vaccin développé par le laboratoire de recherches en épidémiologie et microbiologie Nikolaï Gamaleïa.

Que sait-on de ce vaccin ?

« Ce matin, pour la première fois au monde, un vaccin contre le nouveau coronavirus a été enregistré », a annoncé ce mardi Vladimir Poutine lors d’une vidéo-conférence. Son nom : « Spoutnik V » [V comme vaccin], en référence au satellite soviétique, premier engin spatial mis en orbite, a déclaré le président du fonds souverain, Kirill Dmitriev.

Ce vaccin est à vecteur viral, c’est-à-dire qu’il utilise comme support un autre virus qui a été transformé et adapté pour combattre le Covid-19.

Le président russe a ajouté :

« je sais qu’il est assez efficace, qu’il donne une immunité durable« .

Il a précisé qu’une de ses filles s’était fait inoculer le vaccin. « Elle a participé à l’expérience« , a-t-il indiqué, selon les agences russes, affirmant qu’elle avait eu un peu de température après les deux inoculations, « et c’est tout ».

Le ministère de la Santé a affirmé que la double inoculation « permettait de former une immunité longue », estimant qu’elle pouvait durer « deux ans ».  

À peine annoncé, ce vaccin devient déjà un objet de convoitises.

« Plus d’un milliard de doses » ont été pré-commandées par 20 pays étrangers, a affirmé Kirill Dmitriev. Il a précisé que la phase 3 des essais commençait mercredi. Le fonds souverain a précisé que le début de la production industrielle était prévue en septembre. 

D’autres précisions ont été apportées sur le calendrier : ce vaccin sera mis en circulation le 1er janvier 2021, selon le registre national des médicaments du ministère de la Santé, consulté par les agences de presse russes. La vice-Premier ministre en charge des questions de Santé, Tatiana Golikova a dit espérer commencer dans les semaines à venir la vaccination des personnels médicaux. Les enseignants devraient également être parmi les premiers vaccinés.  

Qu’avait promis la Russie ?

La Russie avait assuré le 3 août qu’elle serait en mesure de produire par mois des centaines de milliers de doses de vaccins contre le coronavirus. Le vaccin mis au point par le centre Gamaleïa est en collaboration avec le ministère de la Défense.

« Selon les premières estimations (…) nous pourrons fournir dès cette année plusieurs centaines de milliers de doses de vaccin par mois, puis par la suite jusqu’à plusieurs millions en début d’année prochaine« , avait précisé à l’agence publique TASS le ministre russe du Commerce, Denis Mantourov.  

Le chef du Fonds russe des investissements directs, impliqué dans le développement, avait indiqué, à ce moment, que l’homologation officielle du vaccin serait faite « d’ici dix jours ». Un calendrier qui est donc respecté, avec l’annonce du « premier » vaccin ce mardi. « Nous serons devant non seulement les Etats-Unis, mais aussi d’autres pays. Il s’agira du premier vaccin contre le coronavirus homologué », avait indiqué Kirill Dmitriev à la télévision. Le ministère de la Défense s’était également vanté d’essais cliniques sur des militaires ayant « clairement montré une réponse immunitaire apparente (…) sans effets secondaires ou anomalies ».

Comment les recherches ont-elles été menées ?

La Russie, au quatrième rang mondial pour le nombre des contaminations après les Etats-Unis, le Brésil et l’Inde, avait proclamé dès avril sa volonté d’être parmi les premiers pays, voire le tout premier, à créer un vaccin contre le virus. Quitte à se précipiter ?

Des scientifiques du centre Gamaleïa avaient été critiqués en mai pour s’être personnellement injecté leur prototype de vaccin, une méthode en rupture avec les protocoles habituels destinés à accélérer le processus scientifique au maximum.  

Jusqu’ici, la Russie n’a pas publié d’étude détaillée des résultats de ses essais permettant d’établir l’efficacité des produits qu’elle dit avoir développés. Un deuxième prototype de vaccin est conçu au Centre étatique de recherches Vektor, en Sibérie, et dont les premières doses sont attendues au mois d’octobre, selon les autorités. 

Qu’en pensent les scientifiques ? La Russie brûle-t-elle les étapes ?

Avant l’annonce, des chercheurs ont exprimé leur préoccupation face à la rapidité de la mise au point des vaccins russes. Ils estiment que certaines étapes pourraient avoir été sautées afin d’accélérer le travail sous pression des autorités, qui ont comparé cette course au vaccin au lancement par l’URSS en 1957 du premier satellite artificiel, Spoutnik. 

Vitali Zverev, professeur et chef de laboratoire à l’institut de recherches Metchnikov, a estimé qu’il « est impossible de s’assurer de la sécurité d’un vaccin lors d’un laps de temps tel que celui qui nous sépare du début de la pandémie »

Il a ajouté que les entreprises biomédicales russes devant produire le vaccin n’y étaient pas habituées, et encore moins à la technologie avancée devant être utilisée. 

Que dit l’OMS ?

L’Organisation mondiale de la Santé a réagi prudemment à l’annonce de la Russie.

« Nous sommes en étroit contact avec les Russes et les discussions se poursuivent. La pré qualification de tout vaccin passe par des procédés rigoureux« , a pointé Tarik Jasarevic, le porte-parole de l’OMS, lors d’une visio-conférence de presse. 

L’OMS a adressé au début du mois une mise en garde à la Russie, plaidant pour le respect des protocoles et réglementations en vigueur dans le développement d’un vaccin.

« Tout vaccin et tout médicament à cette fin doivent bien sûr être soumis à tous les différents essais et tests avant d’être homologués pour leur déploiement« ,

a souligné un autre porte-parole de l’OMS, Christian Lindmeier

« Il existe des lignes directrices et des directives claires, des réglementations afin de faire avancer les choses de manière sûre et efficace« , a-t-il insisté.

« Parfois, des chercheurs individuels affirment avoir trouvé quelque chose, ce qui est bien sûr, en tant que tel, une excellente nouvelle. Mais entre trouver ou avoir la possibilité d’avoir un vaccin qui fonctionne et avoir franchi toutes les étapes, il y a une grande différence« , a-t-il rapporté, soulignant que l’OMS n’avait pour l’heure « rien vu d’officiel« . 

L’OMS a insisté sur la nécessité de suivre les règles permettant un « développement sûr d’un vaccin (…) afin de s’assurer que nous savons contre quoi le vaccin agit, à qui il peut aider et, bien sûr, également s’il a des effets secondaires négatifs, si les effets secondaires médicaux sont plus importants que le bénéfice réel« . 

L’avis de Donald Trump

«Je n’en sais pas grand-chose. Espérons que cela fonctionnera. Ils ont renoncé à certains essais. Nous croyons que c’est très important de passer par toute la procédure», a indiqué M.Trump lors d’une conférence de presse.

Il a ajouté que les États-Unis étaient, de leur côté «très avancés» dans le développement de leurs propres vaccins, dont trois se trouvaient à la 3e étape des essais cliniques, tout comme le nouveau vaccin russe.

Donald Trump s'exprime sur le vaccin russe Spoutnik V - Sputnik France

Et nous nous espérons que tous les pays s’uniront pour partager leurs découverte afin de mettre au point un vaccin qui serait efficace.

Pourquoi avons-nous du mal à y croire?

Mots-clés : , , , , ,

7 juin 2020

Les pangolins volants, petite satire pour les enfants

Classé sous CORONAVIRUS,ENFANTS,LE VIRUS — isthmialemag @ 21 h 28 min

Une jolie fable écologique pour parler de façon légère de la crise du coronavirus aux enfants.

L’énelle – Cie Lamine Diagne / www.enelle.org Texte et dessins : Lamine Diagne Réalisation : Eric Massua Musique : Agathe Di Piro et Lamine Diagne Raconté par : Jeanne Massua, Yuna Massua et Emma Diagne.
Image de prévisualisation YouTube
Mots-clés : , , , ,

9 mai 2020

Plateformes d’informations

Classé sous CORONAVIRUS,PRATIQUE — isthmialemag @ 16 h 00 min

MISE A JOUR LOGO
CENTRE D'INFORMATION COVID-19

Trop d’informations?

Tant de choses à savoir!

En voici quelques unes

POUR OUVRIR LES SITES : CLIQUEZ SUR LES IMAGES OU SUR LES LIENS

♦ PLATEFORMES OFFICIELLES

GOUVERNEMENT BANDEAU SITE

 CENTRE D’INFORMATION SUR LE CORONAVIRUS (COVID-19)

Vous pensez avoir des symptômes du Covid-19 et vous souhaitez savoir quel comportement adopter ?

CE QUESTIONNAIRE EST LA POUR VOUS ORIENTER

 Les  actions du GOUVERNEMENT

JE CHERCHE DES INFORMATIONS SUR 

CARTES ET DONNEES

DECONFINEMENT

Discours de M. Édouard PHILIPPE, Premier ministre, Conférence de presse sur la préparation de l’étape du 11 mai

 QUESTIONS REPONSES GIF

QUESTIONS REPONSES

 

#onvousrépond

franceinfo 

L’actualité en direct et en continu avec le média global du service public.

#COVID__19*

PLATEFORMES SOLIDAIRES

LEETCHI PROTEGE TON SOIGNANT

PROTEGE TON SOIGNANT

SOLIDARITE CORONAVIRUS

KAYAA

Créatrice de: Réchauffons nos sdf et lanceuse d’alerte pour les femmes sdf (400 000 signatures). ancienne enquêtrice de @cpva (12ans)

 

 

Mots-clés : , , , ,

8 mai 2020

8 MAI – 11 MAI : LA FRANCE ET LE DECONFINEMENT

Classé sous CORONAVIRUS,DECONFINEMENT — isthmialemag @ 10 h 58 min

2020 8 mai flamme du soldat inconnu#COVID__19

8 MAI – LA CELEBRATION se fera sans défilé.

Un 8-Mai pas comme les autres SANS REVUE SANS TROUPE

Les Français appelés à pavoiser leur balcon

« Le président de la République demande aux Françaises et aux Français qui le souhaitent de pavoiser leur balcon aux couleurs nationales », avait-il enfin transmis.

Pour la première fois à Berlin, le 8 mai devient férié.On ne célèbre pas la victoire des Alliés mais la libération du nazisme

En raison du confinement et de la situation sanitaire en France, liés à l’épidémie de coronavirus, le 75e anniversaire marquant la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe se déroule dans un format restreint.

Aux côtés d’Emmanuel Macron, seront présents ses prédécesseurs, Nicolas Sarkozy et François Hollande, les présidents des deux assemblées, Gérard Larcher et Richard Ferrand, le Premier ministre, Edouard Philippe, la ministre des Armées, Florence Parly, la secrétaire d’Etat, Geneviève Darrieussecq, ou encore la maire de Paris, Anne Hidalgo. Les armées seront, quant à elles, directement représentées par leurs plus hauts responsables, dont le chef d’état-major, François Lecointre. En arrière-plan, « la Tour Eiffel sera pavoisée aux couleurs de la Nation, et ce durant une semaine ».

Drapeau de la France.

8 mai 1945 : La guerre en Europe est officiellement terminée avec la victoire des Alliés sur le IIIe Reich

Cette date marque la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe avec la capitulation sans conditions de l’armée allemande.

Signature à Berlin de la capitulation sans conditions de l’Allemande dans la  nuit du 8 au 9.

8 mai 1945

8 MAI 1939 Mariage de mes parents

8 MAI 1994 Naissance de mon premier petit-fils, TOM-DWIGHT , franco-allemand

8 MAI 2020 La France est Engagée dans un nouveau combat comme il y a 75 ans

 Image de prévisualisation YouTube

La Marseillaise par Les chœurs de l’Armée Française

Image de prévisualisation YouTube

Le 8 MAI fait partie de ma vie.

LA CARTE DU JOUR

2020.05.08 CARTE DECONFINEMENT

«Nous sommes en mesure de valider le déconfinement sur l’ensemble du territoire métropolitain, mais certains départements ont des résultats moins bons », a indiqué le Premier ministre.

Deux cas particuliers sont à noter : à Mayotte, le déconfinement sera « retardé » en raison de l’augmentation du nombre de cas positifs au coronavirus et en Ile-de-France, une « discipline renforcée » sera mise en place en raison de la circulation encore forte du Covid-19.

Tous les départements des quatre régions du quart nord-est de la France (Hauts-de-France, Grand-Est, Bourgogne-Franche-Comté et Ile-de-France) sont classés en rouge. C’est dans ces territoires que l’épidémie sévit avec le plus de virulence depuis le mois de mars. A l’inverse, tous les départements du sud et de l’ouest du pays sont en vert».

♦ cette carte n’est qu’une interprétation de la réalité à un instant précis. Pour cartographier ce qu’il désigne comme la «circulation active du virus», le ministère de la Santé se base seulement sur la proportion de passages aux urgences pour une suspicion de Covid-19 dans les départements.

LES RÈGLES DU DECONFINEMENT

Image de prévisualisation YouTube

LES DEPLACEMENTS

Ce n’est pas encore demain que les Français pourront se déplacer de manière totalement libre sur le territoire.

S’il sera possible de circuler sans attestation à partir du 11 mai, « les déplacements à plus de 100 km du domicile ne seront », eux, « possibles que pour un motif impérieux, familial ou professionnel ». 

Nouvelle attestation pour les SALARIES

Une attestation chaque semaine avec leur de départ et d’arrivée des salariés.

En Île-de-France, les transports en commun sont réservés en priorité aux travailleurs pendant les heures de pointe. Une amende de 135 € est prévue avec des contrôles à l’entrée des stations et des gares

LES MASQUES

Le port du masque sera obligatoire dans les transports publics et leur capacité sera réduite pour respecter les distances de sécurité.

Le 4 mai  - Le point sur sa mise en garde.

«Le 11 mai est sur toutes les lèvres. Depuis l’annonce de cette date tant attendue, de nombreux Français ne parlent plus que de ça et de ce qu’ils feront à ce moment-là. Après sept semaines de confinement, beaucoup rêvent en effet de pouvoir ressortir plus souvent et sans attestation, de pouvoir reprendre le chemin du travail et aussi celui de tous les commerces. Mais rien n’est encore acquis, a tenu à rappeler le ministre de la Santé. Dans un entretien accordé au Parisien et dévoilé dimanche, Olivier Véran a insisté sur le fait que le 11 mai n’était pas une certitude mais un objectif dans la réalisation dépend en grande partie du comportement des Français.

« Si le confinement est bien respecté jusqu’au bout, le couvercle aura été mis sur la casserole de l’épidémie, et nous pourrons déconfiner progressivement dans les meilleures conditions.

Dans le cas contraire, et si le nombre de nouveaux malades devait être trop élevé, la date de lever du confinement pourrait être remise en question et sera appréciée selon les départements », a expliqué le ministre. 

Les dernières modélisations des scientifiques laissent penser que le confinement pourra être progressivement levé comme prévu le 11 mai, a-t-il poursuivi avant de prévenir : Mais j’alerte en rappelant que tout le scénario construit dépend du respect, jusqu’au dernier moment, du confinement. Nous ne prendrons aucun risque avec la santé des Français ».

Le déconfinement le 11 mai sera conditionné par le comportement des Français, mais pas seulement. Découvrez les autres indicateurs que va suivre le gouvernement pour acter ou non la sortie du confinement.»

LIRE LA SUITE ICI

 

2020.05.01 ZONE ROUGE ZONE VERTE NOUVELLE CARTE

3 MAI 2020 L’OMS vient de communiquer sur un déconfinement graduel :

1. Ceux qui regardent assidûment NRJ12 et Hanouna peuvent sortir immédiatement et sans protection

2. Dans 2 jours, ceux qui ont lu le livre de Nabilla

3. Dans 3 jours, ceux qui écoutent Jul, PNL et du reggaeton.

Et que se passera-t’il dans 4 jours?

4. Dans 4 jours 

ARNAUD DEMANCHE

QU’ALLEZ-VOUS FAIRE LE 11 MAI? par ARNAUD DEMANCHE

♦ ♦ ♦

SANDRINE SARROCHE
Tout était dit dans LA TRUITE DE SCHUBERT version 2020 de SANDRINE SARROCHE
On ne se méfiait pas des CHAUVE-SOURIS!
C’est du CORONHUMOUR un peu CORROSIF
♦ ♦ ♦

♦Le 30 avril 1967

MADAME DE SÉVIGNÉ écrivait déjà à sa fille

Jeudi, le 30ème d’avril de 1687
« Surtout, ma chère enfant, ne venez point à Paris !
Plus personne ne sort de peur de voir ce fléau s’abattre sur nous, il se propage comme un feu de bois sec. Le roi et Mazarin nous confinent tous dans nos appartements.
Monsieur Vatel, qui reçoit ses charges de marée, pourvoie à nos repas qu’il nous fait livrer,
Cela m’attriste, je me réjouissais d’aller assister aux prochaines représentations d’une comédie de Monsieur Corneille « Le Menteur », dont on dit le plus grand bien.
Nous nous ennuyons un peu et je ne peux plus vous narrer les dernières intrigues à la Cour, ni les dernières tenues à la mode.
Heureusement, je vois discrètement ma chère amie, Marie-Madeleine de Lafayette, nous nous régalons avec les Fables de Monsieur de La Fontaine, dont celle, très à propos, « Les animaux malades de la peste » ! « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient f rappés » ».
Je vous envoie deux drôles de masques ; c’est la grand ‘mode. Tout le monde en porte à Versailles. C’est un joli air de propreté, qui empêche de se contaminer,
Je vous embrasse, ma bonne, ainsi que Pauline. » - Marquise de Sévigné

 

CARTE AVANT LE 1ER MAI

CARTE 1
En résumé : si votre numéro de téléphone fixe commence par 01 ou 03,
vous avez le droit à un mois de rab de confinement
CARTE 2
Cette carte peut changer très vite, ensemble soyons responsables et vigilants dans notre département! #Le64 Travaillons à un deconfinement progressif sinon nous iront vers des jours mauvais… Veillons les uns sur les autres…#COVID__19
Mots-clés : , , ,

3 mai 2020

L’ARGENT

Classé sous ACTUALITE,ECONOMIE — isthmialemag @ 17 h 36 min

ARGENT

OU EN SOMMES-NOUS?

1ER MAI 2020 ECOUTEZ MARINA ROLLMAN

Image de prévisualisation YouTube

 

ET VOUS? OU EN ETES-VOUS

Les Français doivent-ils avoir peur de la faillite systémique des banques et de perdre leur argent placé à la banque. Mais le système financier français et solide

 

Mots-clés : , , ,

14 avril 2020

Covid-19: un possible remède trouvé par trois médecins généralistes français

Classé sous CORONAVIRUS — isthmialemag @ 18 h 04 min

LOGO CORONAVIRUSLes initiatives pour tenter de trouver un remède contre le coronavirus se multiplient. 

LU CE JOUR SUR MAXISCIENCES

Article diffusé le 14 avril à 10:35- à 11:06

Trois médecins généralistes pensent avoir mis au point un protocole efficace pour lutter contre le Covid-19.

Ils ont détaillé leurs recherches au Parisien.

La recherche d’un remède contre le Covid-19 continue d’agiter les chercheurs du monde entier. Dans l’attente d’un hypothétique vaccin, qui ne devrait pas voir le jour avant plusieurs moisLe Parisien nous apprend ce lundi 13 avril que trois médecins généralistes ont fait part de leurs « grands espoirs » quant à l’utilisation d’un protocole de soin à base d’azithromycine, qui aurait montré des résultats probants sur « plusieurs centaines de patients » touchés par l’épidémie.

L’hydroxychloroquine « pas si miraculeuse que ça »

C’est lors d’échanges sur un groupe Facebook dédié aux professionnels de santé que le trio, composé de deux médecins originaires du Grand Est et une du Nord, a décidé de se lancer dans cette expérimentation.

Avec, pour point de départ, les recherches du Pr Didier Raoult.

« Comme on ne pouvait pas utiliser l’ hydroxychloroquine dans le protocole du Pr Didier Raoult (cette molécule ne peut être prescrite par des médecins généralistes), on s’est demandé si l’azithromycine ne pourrait pas être la base du traitement« , a expliqué au Parisien-Aujourd’hui en France le Dr Denis Gastaldi.

Selon lui, l’hydroxychloroquine n’est d’ailleurs « pas si miraculeuse que ça » : « L’azithromycine a l’avantage d’être un antibiotique, mais d’avoir aussi une action sur les virus et une activité anti-inflammatoire sur le parenchyme pulmonaire (le tissu fonctionnel des poumons) ».

Un protocole prescrit à plusieurs centaines de patients

Pour mettre au point leur protocole, les trois médecins se sont appuyés « leurs connaissances d’autres traitements et sur une bonne dose de pragmatisme« , précise Le Parisien.

En plus de l’azithromycine, ils ont ajouté deux gélules d’Effizinc, car le zinc peut augmenter l’efficacité du médicament, du Singulair, destiné aux personnes asthmatiques, et de l’héparine à faible dose pour les formes sévères de la maladie afin de « prévenir les thromboses, les phlébites et les embolies pulmonaires« .

Ils précisent que ce traitement est efficace lorsqu’il est suivi dès les premiers symptômes, beaucoup moins quand le patient est destiné à entrer en réanimation.

Au total, le Dr Denis Gastaldi affirme avoir prescrit ce traitement à « plus de 200 patients».

Résultat, seuls deux cas graves nécessitant une prise en charge en établissement de santé ont été constatés.

«On aurait dû avoir au moins deux décès et une quarantaine d’hospitalisations», justifie le médecin généraliste.

Son confrère originaire du Grand Est ne constate également plus de décès ni d’hospitalisation depuis qu’il prescrit le cocktail, soit environ quinze jours.

Une méthode qui présente des limites

Le protocole présente toutefois des limites.

Les patients traités n’ont pas été au préalable testés positifs au Covid-19, étant donné que les tests ne sont pas destinés à la médecine de ville.

Il est donc possible que nombre d’entre eux n’aient en fait jamais contracté la maladie malgré leurs symptômes.

En revanche, les effets secondaires de l’azithromycine sont quasi nuls, et son utilisation à grande échelle ne poserait selon les médecins aucun problème :

«L’azithromycine est largement prescrite tous les hivers chez les enfants et les adultes, sans effets secondaires. Il n’y a aucune raison de s’en priver dès les premiers symptômes», assure le Dr Gastaldi.

Par Tanguy Vallée le 14 avril 2020 à 10:35Modifié le 14 avril 2020 à 11:06

Le gouvernement devrait-il encourager l’usage de l’azithromycine ?

Je partage l’avis de Françoise Valar. Lire son commentaire

Mais A surveiller !!!!

On en parle aussi sur

RTL

CAPITAL

LE PARISIEN

L’EST REPUBLICAIN

Mots-clés : , , , ,

24 mars 2020

CORONAVIRUS 24 mars La personne du jour Didier Raoult. La chloroquine

Classé sous ACTUALITE — isthmialemag @ 20 h 16 min

L’infectiologue Didier Raoult, génie incompris ou faux prophète?

Pour ou contre le professeur Raoult

L’infectiologue Didier Raoult, génie incompris ou faux prophète?

PORTRAIT – Génie pour les uns, inconscient pour les autres, le directeur de l’IHU de Marseille ne laisse pas indifférent.

Par Marie-Cécile Renault

French Researcher Posts Successful Covid-19 Drug Trial

Avec sa barbe et ses longs cheveux gris, Didier Raoult a plus le look d’un rockeur soixante-huitard que d’un professeur de médecine. Et pourtant, cet infectiologue de renom international, directeur de l’institut hospitalo-universitaire (IHU) de Marseille est sous les projecteurs depuis qu’il a publié fin février «Coronavirus: fin de partie!». Une vidéo dans laquelle il présentait la chloroquine comme un traitement miracle contre l’épidémie. Créant l’espoir pour de nombreux profanes, Didier Raoult a dans le même temps soulevé les critiques d’une partie de la communauté scientifique, qui met en garde tant sur les limites de sa méthodologie que sur les effets secondaires toxiques de la chloroquine.

Véritable génie pour les uns, fantasque pour les autres, qui se cache vraiment derrière cette personnalité complexe?

Sur le fond, la réputation de Didier Raoult n’est plus à faire. Chercheur ultra respecté à l’international, il a fait de nombreuses découvertes notamment sur les virus géants, et même

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 85% à découvrir ici.

 

LA CHLOROQUINE: médicament miracle ?

Un espoir des questions

Une espérance énorme est levée

Mais son usage divise

Peut générer des Nausée des problèmes cardiaques

Il faut que les médecins posent la question aux patients

« Est-ce que vous en voulez ou pas? »

La chloroquine suscite autant d’espoir que de méfiance dans la lutte contre le coronavirus. C’est devenu en quelques jours un sujet hautement politique, qui divise autant les médecins que les politiques.

Les médecins semblent divisés autour de cette molécule qui fait tant de bruit, la chloroquine, ou l’hydroxychloroquine sous sa forme dérivée.

Prendre des précautions ou tenter, même si cela peut s’avérer très dangereux ? Cette crise d’une ampleur inattendue crée des problèmes inédits.

Pour le grand public, il s’agit de faire confiance aux professionnels et ne pas prendre de risques inconsidérés.

Le système de santé peut-il faire face au tsunami qui arrive ?

24 mars 2020 à 16h10

Un habitant de l’Arizona est mort, apprend-on ce mardi via une ONG œuvrant outre-Atlantique dans le domaine de la santé, après avoir ingéré du phosphate de chloroquine, un produit notamment utilisé… pour nettoyer les aquariums.

Cet Américain sexagénaire croyait bien faire – sa femme aussi, elle a été hospitalisée -, après que le président Donald Trump a vanté les mérites de la chloroquine comme remède contre le coronavirus.

Le chef de l’Etat américain s’est lui-même laissé convaincre par le professeur Didier Raoult, un spécialiste français des maladies infectieuses autant décrié que glorifié pour ses tests jugés positifs, mais aussi limités.

La chloroquine, ou hydroxychloroquine, un antipaludéen bien connu, fait l’objet d’un âpre débat chez les médecins et les politiques depuis que le professeur Raoult a publié le résultat de ses premiers tests sur 24 patients atteints du coronavirus et s’est exprimé sur les bienfaits supposés de la molécule.

Ce dernier est allé jusqu’à proposer à des patients ressentant des symptômes du coronavirus de se présenter au CHU de Marseille pour être testés et éventuellement traités, ce qui a provoqué ce lundi une importante file d’attente devant l’hôpital de la Timone.

Pourtant, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) appelle à la prudence concernant la chloroquine.

Pour l’instant les tests effectués avec la molécule ne concernent que trop peu de patients, ce qui empêche d’en faire pour l’instant un médicament fiable contre le Covid-19.

Peut-on acheter ou se faire prescrire la chloroquine ?

En France, le gouvernement, via le ministre de la Santé Olivier Véran, s’est dit favorable à des tests cliniques plus étendus et actuellement en cours à l’échelle européenne, dans au moins 7 pays, depuis le 22 mars. En attendant, le Haut conseil de santé publique a rendu un avis ce lundi 23 mars, indiquant que la chloroquine pourrait certes être administrée aux malades souffrant de « formes graves » de coronavirus, mais uniquement dans un protocole médical strict et sur « décision collégiale des médecins ». Elle ne pourra pas être commercialisée et utilisée à plus grande échelle, pour des formes « moins sévères ».

Olivier Véran a indiqué qu’il allait signer un arrêté dans ce sens.

Ce dernier encadrera l’usage de la chloroquine pour les « équipes médicales hospitalières qui le souhaitent », mais empêchera  »toute prescription » de la chloroquine  »dans la population générale ».

Invité du 20 heures de TF1 lundi soir, le Premier ministre Edouard Philippe a néanmoins indiqué qu’ »à partir d’aujourd’hui, plus de 800 patients vont pouvoir rentrer dans une série de tests pour cette molécule et d’autres« .

Qu’est-ce que la chloroquine et l’hydroxychloroquine ?

Peu connue du grand public jusqu’à il y peu, la chloroquine est une molécule utilisée en médecine dans les traitements antipaludiques.

En d’autres termes, elle est utilisée, en préventif avant de se rendre dans des pays à risques, comme en curatif une fois le paludisme contracté.

L’hydroxychloroquine est la substance la plus souvent administrée par voie orale.

La chloroquine présente alors un groupe hydroxyle (l’entité OH comportant un atome d’oxygène et d’hydrogène liés).

On parle le plus souvent de « sulfate d’hydroxychloroquine« .

 Nivaquine et Plaquenil sont les autres termes souvent utilisés depuis quelques jours au sujet d’un potentiel traitement contre le coronavirus.

Il s’agit en réalité des noms derrière lesquels les molécules de chloroquine et d’hydroxychloroquine sont commercialisées.

La Nivaquine est une marque de Sanofi présentant la chloroquine sous forme de comprimé sécable de 100 mg.

 Le Plaquénil

issu du même groupe pharmaceutique,il est composé quant à lui de sulfate d’hydroxychloroquine sous forme de comprimés de 200 mg.

On trouve aussi de la chloroquine ou de l’hydroxychloroquine sous les marques Axemal, Dolquine et Quensyl.

Tous ces traitements sont aussi utilisés dans des traitements de la polyarthrite rhumatoïde et du lupus.

-Je l’ai pratiqué pendant 2 ans de 2001 à 2003 pour ma polyarthrite : Il a fallu l’arrêter car les réactions sur la peau ont été très importantes: décoloration par plaques, démangeaisons etc…

En France, le seul fabricant français de chloroquine (Sanofi – NDLR) est actuellement en plein travail pour pouvoir fournir les établissements procédant à des tests.

Quels tests ont été menés sur la chloroquine à Marseille ?

En France, le professeur Raoult a dévoilé les résultats de ses premiers tests le 16 mars dans une vidéo tournée à l’IHU de Marseille avec son staff.

En résumé, ses essais cliniques, menés sur 24 patients atteints du coronavirus, aboutiraient à la guérison des trois quarts d’entre eux après six jours.

Le traitement consiste en la prise de 600 mg de chloroquine par jour pendant dix jours.

« Je ne suis pas un outsider, je suis en avance », a indiqué Didier Raoult à La Provence ces derniers jours, absolument certain d’avoir trouvé le remède contre le coronavirus, s’agaçant au passage des quelques voix sceptiques et du temps perdu selon lui par les autorités.

C’est ce qu’il l’a conduit à partir de ce lundi 23 mars à assurer le dépistage du coronavirus chez toutes les personnes « fébriles » se présentant à l’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection.

Et ce même si les Agences régionales de santé (ARS), dont celle de la région PACA, assurent que les tests de dépistage n’ont plus vocation à être systématiques.

Raoult et ses équipes veulent de leur côté entamer un traitement à la chloroquine aux patients positifs  « dont un grand nombre peu symptomatiques ont des lésions pulmonaires au scanner »

Le traitement associe « l’hydroxychloroquine », un dérivé de la chloroquine et d’ « azithromycine », un antibiotique.

Selon le professeur Philippe Parola, à la tête du service des maladies infectieuses de l’IHU marseillais, lié à l’équipe de Didier Raoult, « cette association chloroquine et azithromycine faisait qu’à six jours le petit nombre de patients qui avaient reçu ce traitement n’avaient plus de virus détectable, c’est-à-dire qu’ils n’étaient plus contagieux » lors du premier test.

Il se défend d’être un « sorcier« .

« Il ne faut pas attendre que les patients s’aggravent et arrivent en réanimation pour voir ce que vivent mes collègues réanimateurs, c’est-à-dire un afflux massif de patients souvent âgés et à un stade très évolué de la maladie« , a-t-il confié à France info.

Philippe Parola assure par ailleurs que d’autres « essais cliniques seront utiles ».

« Mais je ne sais pas quand est-ce qu’ils seront disponibles », regrette-t-il.

Quels tests ont été menés sur la chloroquine en Chine ?

Le professeur Raoult a abondamment cité des expériences menées en Chine sur la molécule, dont il s’est inspiré : « Le fait d’ignorer ce qu’ont dit les Chinois sur la chloroquine est délirant. Ce sont eux qui avaient les malades pour expérimenter, pas nous », a-t-il notamment déclaré dans un entretien à Marianne.

En Chine, plusieurs hôpitaux ont testé la molécule sur leurs patients dès le début de l’épidémie.

« Il est démontré que le phosphate de chloroquine, un ancien médicament pour le traitement du paludisme, a une efficacité apparente et une innocuité acceptable contre la pneumonie associée au Covid-19″, indiquait une équipe de pharmacologues de l’hôpital universitaire de Qingdao dès le 19 février.

Le 25 février l’IHU de Marseille publiera déjà une vidéo intitulée « Vers une sortie de crise ? » mettant en avant les avancées chinoises.

Y sont notamment citées deux publications chinoises qui insistent sur l’intérêt de la chloroquine, « pour accélérer la guérison des patients » atteints par le coronavirus.

Mais les résultats de ces tests seraient nébuleux : ce lundi 23 mars, Philippe Klein, médecin français à Wuhan, épicentre mondial de l’épidémie de Covid-19, a assuré sur LCI que les tests menés en Chine et ayant débuté bien avant ceux de Marseille n’avaient abouti à « aucun résultat significatif » pour l’instant.

Des études ont aussi été menées en Iran, en Corée du Sud ou en Arabie saoudite.

Que disent les médecins et politiques sur la chloroquine ?

La chloroquine provoque le débat chez les scientifiques, certains estimant qu’il faut généraliser son usage, d’autres estimant qu’il faut que la molécule continue à suivre des tests cliniques selon le protocole conventionnel avant d’être utilisé plus massivement. 

D’autres professionnels du corps médical placent le curseur au milieu : ils ne sont pas contre des tests, mais ils attendent de voir pour se prononcer favorablement ou pas en faveur de la chloroquine comme remède contre le coronavirus.

C’est le cas de François Bricaire, infectiologue et ancien chef de service à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière de Paris.

« L’avantage, c’est un produit connu (…) On ne prend pas énormément de risque à l’utiliser », a-t-il réagi le 23 mars, interrogé sur l’antenne de LCI.

C’est notamment sur la base de cet argument que l’IHU de Marseille mène ses tests directement sur des patients, avant même la publication des résultats de l’essai clinique européen.

Chez les politiques aussi, la molécule suscite enthousiasme d’un côté, méfiance de l’autre.

Parmi les plus convaincus, on trouve l’actuel maire de Nice Christian Estrosi, lui-même frappé par le coronavirus et qui s’estime guéri après avoir été traité à la chloroquine.

« On n’a pas le temps d’expérimenter sur des souris », indique l’ancien ministre de l’Intérieur.

La députée LR Valérie Boyer, elle aussi contaminée et soignée avec le traitement de Didier Raoult, dit faire « confiance à ce professeur et à ses équipes ».

« Je voudrais les remercier pour l’espoir qu’ils nous donnent face au Covid-19 », a-t-elle précisé sur Twitter.

Bruno Retailleau, le président du groupe LR au Sénat, a exhorté le gouvernement à ne pas « prendre de retard » sur la question.

Sept députés LR ont aussi écrit à Emmanuel Macron pour lui demander d’accélérer sur la chloroquine, selon la lettre que le Figaro s’est procurée. A gauche, on fait en revanche preuve de prudence.

LES RESPIRATEURS

Outre un éventuel traitement, la question des respirateurs, que nous abordons dans cette édition, est au cœur de la crise, comme on a pu le voir en Italie.

L’Etat tente de rattraper son retard et s’en procurer mais la tâche n’est pas simple.

 

Mots-clés : , , ,

Le Journal du Grand Changement |
Le Monde Ferroviaire |
Laclassedepikou |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Les Chroniques de Naima
| Armentières Actualités
| Vertus des pierres