Isthmia le mag

11 mai 2019

MUSÉE DES ARTS ASIATIQUES Taoïsmes,Exposition jusqu’au 18 mai 2019

Classé sous AGENDA CULTUREL,MUSEE DES ARTS ASIATIQUES,MUSEES,TOULON — isthmialemag @ 8 h 00 min


MUSEE DES ARTS ASIATIQUES
 

Musée des Arts Asiatiques de Toulon

AFFICHE EXPO TAO MUSEE ARTS ASIATIQUES

Exposition temporaire,  Taoïsmes, prolongée  jusqu’au 18 mai 2019 

La tradition attribue à Lao Tseu, le Tao-te king, le livre de la Voie et de la Vertu, le premier manuel du taoïsme.

Lao Tseu, qui signifie le Vieux Maître ou le Viel enfant, est un personnage énigmatique de la culture antique chinoise et plus généralement de l’Extrême-Orient. Peu de faits vérifiés et donc historiques se rapportent à Lao Tseu.

Après des études brillantes, il serait devenu archiviste et analyste à la cour des rois Zhou au VIe siècle avant notre ère et aurait donc été contemporain de Confucius.

Lao-Tseu décida de partir de la Chine à dos de buffle, arrivée à la Terrasse du Belvédère, à proximité de Si’an (Ouest de la Chine), il fut arrêté par Yin Si un gardien de la passe, ce dernier le supplia de lui divulguer son enseignement. Lao Tseu lui dicta un texte comprenant plus de 5000 caractères.

Une fois son enseignement dicté, Lao Tseu disparaît vers les contrées occidentales. Plusieurs mythes lui sont dès lors associés, celui de Lao Tseu parti cultiver les barbares ou encore celui qui fait de Lao Tseu, Bouddha.

Mais son évolution la plus importante est visible à la fin du IIe siècle  en devenant le Très Haut Seigneur Lao, soit une divinité primordiale dans le cadre de la religion populaire chinoise. C’est autour de cet homme devenu divin que se constitue la religion taoïste au début de l’ère chrétienne.

Des bronzes, des jades, des porcelaines et des tissus de la collection chinoise du Musée des Arts Asiatiques formeront un parcours d’initiation philosophique au taoïsme et de délectation esthétique aux formes artistiques traditionnelles chinoises.

Ce parcours expliquera le cheminement intellectuel qui va de la nature humaine de Lao Tseu à la nature divine de l’immortel taoïste et qui évolue donc de la sagesse des lettrés à la religion populaire teintée de sciences occultes et de magie.

Et ainsi, comment le taoïsme devient pluriel.

Afin de rentrer progressivement vers le monde des immortels, le musée propose à travers les œuvres de Patrick Caël, une introduction à la technique de peinture japonaise à l’encre : le sumi-e

Le  terme japonais « sumi » signifie encre noire, « e » signifie peinture.

Les sujets sont peints à l’encre noire, en dégradé variant du noir pur à toutes les nuances que l’on peut obtenir en le diluant avec de l’eau.

Le sumi-e répond à des caractéristiques définies et traditionnelles,  principalement la sobriété et la spontanéité. Cette peinture comprend déjà le dessin, aucun trait préparatoire n’est nécessaire. L’artiste doit aller à l’essentiel, il gomme ainsi toute volonté de détail superflu.

Cet art japonais repose ainsi sur le minimalisme des touches du pinceau et par l’appréciation de l’espace blanc du papier.

Patrick Caël, artiste et enseignant de cet art zen japonais, nous propose à travers  son exposition au Musée des Arts asiatiques de nous sensibiliser à l’équilibre du blanc et du noir, du plein et du vide.

Par sa pratique, débutée dès son adolescence,  et sa maîtrise,  il nous initie au raffinement esthétique et à l’importance conceptuelle du sumi-e.

Cet équilibre, véritable force de création, rapproche ses œuvres de notre exposition consacrées aux Taoïsmes. Les points communs sont visibles par les sujets : le buffle, la nature, la force de la représentation, la signification du symbole.

Mais surtout par l’omniprésence de la montagne, notion centrale  en Asie pour définir le rapport mystique de l’homme à la nature. La montagne a plusieurs facettes : esthétique (le Mont Fuji), lieu de méditation (Sâdhu hindou, temples bouddhistes) et le lieu de passage entre notre monde et celui des immortels taoïstes.

La voie est tracée, le périple peut donc commencer.

Visites commentées gratuites et sans réservation

Le samedi 13 avril à partir de 16h00,

La Dynastie des Han au Musée des Arts Asiatiques, visite par Madame Colette Mollat, membre de l’Association pour les musées de Toulon.

Le jeudi 25 avril à partir de 16h00,

le Reamker, le Ramayana cambodgien, conférence par Madame de Roquefeuil, membre de l’Association pour les musées de Toulon.

 

Spectacles

◊ Vendredi 26 avril,  soirée Rizières Pop (GongGong)

création chorégraphique et DJ set par la compagnie Kubilai Khan Investigations

19h00 ShoShO, solo de Frank Micheletti

21h00 Yaguara : l’Asie dans tous ses états, DJ set.

Sans réservation, dans la limite des places disponibles.

◊ Samedi 27 avril, Out of the Box #8 « Bizarre Bazar »,

avec la compagnie Kubilai Khan Investigations et le Conservatoire TPM.

A partir 18h00

Présentation de la nouvelle création de Frank Micheletti par les élèves du Conservatoire TPM

Sans réservation, dans la limite des places disponibles

Contact : Christophe GRANDPERRET  – TEL : 04 94 36 47 86  -  cgrand-perret@mairie-toulon.fr

BON A SAVOIR

Ouvert du mardi au samedi de 12h00 à 18h00

Fermé le dimanche, le lundi et les jours fériés

Musée des Arts Asiatiques de Toulon

169 littoral Frédéric Mistral

83000 Toulon

Renseignements

Tél. : 04 94 36 83 13  de 12h00 à 18h00 du mardi au samedi.

Mail : cgrand-perret@mairie-toulon.fr

 

 

Mots-clés : , , , , ,

27 janvier 2019

Galerie des Musées – Toulon ouverte le 15 novembre 2018

Classé sous AGENDA CULTUREL,ARTS,ARTS PLASTIQUES,GALERIE DES MUSEES,MUSEES — isthmialemag @ 13 h 45 min

Inauguration d’un nouvel espace muséal

Ga.M. (Galerie des Musées) – Toulon

Vernissage le jeudi 15 novembre 2018 à 18h30

 

Quel Lustucru

(Max Ernst)

DE LA FONDATION DES TREILLES

LES LIVRES D’ARTISTES

Pour sa première exposition, la Ga.M. a souhaité s’associer avec la prestigieuse Fondation des Treilles.

« La création d’une bibliothèque originale est le cœur de la vie des Treilles », disait Anne Gruner Schlumberger. Cette exposition, qui en est issue, permet de découvrir quelques-uns des trésors cachés des bibliothèques de sa fondation, où sont conservés, avec sa collection d’œuvres d’art, les livres d’artistes.

Une collection subjective qui recoupe celle des œuvres peintes et sculptées dont la fondatrice s’entourait dans sa thébaïde où les artistes, les écrivains, les musiciens et les scientifiques travaillaient ensemble dans un domaine qu’elle réinventa.

Nus, paysages, natures mortes et portraits extraits de leurs albums composent ce parcours d’images qui rassemble les œuvres croisées de poètes et de plasticiens, grands maîtres du XXe siècle, qui aimaient se rencontrer dans ce domaine du Haut-Var. » Danièle Giraudy (commissaire de l’exposition)

On pourra ainsi admirer des œuvres de Braque, Dubuis, Laurens, Lalanne, Léger, Ernst, Picasso, Takis, Tanning, en lien avec des textes Buffon, Cendrars, Char, Eluard, Tardieu, Théocrite.

Exposition du 16 novembre 2018 au 20 janvier 2019  

Ga.M. (Galerie des Musées)

22, 24 rue Pierre Sémard

83 000 Toulon

04 94 36 36 22

Renseignements : 04 94 36 34 59 / caiguier@mairie-toulon.fr

www.toulon.fr

Ouverte du mardi au samedi de 12h à 18h

Entrée libre

Invitation – Inauguration – Galerie des Musées  – 15 – 11 – 2018

Afficher

Télécharger

 

Mots-clés : , , , , , , ,

Le Journal du Grand Changement |
Le Monde Ferroviaire |
Laclassedepikou |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Chroniques de Naima
| Armentières Actualités
| Vertus des pierres